Le Quotidien d'Oran
Le Quotidien d'Oran
Jeudi 09 novembre 06:26

Chambres de Commerce: Des statuts à revoir

Chambres de Commerce: Des statuts à revoir
Le
statut des Chambres de Commerce doit être revu et adapté aux réalités
actuelles, estime la directrice générale de la Chambre algérienne de Commerce
et d'Industrie (CACI) Wahiba Bahloul,
qui veut donner plus de visibilité au potentiel économique national, à travers
un repositionnement de ces chambres de commerce.

Elle
a expliqué, hier mercredi, à la Radio nationale que l'environnement économique
actuel est « compliqué, autant à l'échelle locale qu'internationale, « et nous
avons cette obligation d'aller vers cette diversification économique et de
partenaires ». La CACI est « là pour jouer ce rôle » de diversification du
potentiel économique national », a
t-elle dit. « Les Chambres de Commerce sont là pour être un instrument
de développement de l'Economie nationale », souligne-t-elle, avant de rappeler
que « nous sommes dans un environnement économique international difficile, et
donc on doit s'adapter et diversifier notre économie, hors hydrocarbures ». La
directrice générale de la CACI a indiqué, d'autre part, que les Chambres de
Commerce « ne sont pas, suffisamment, dynamiques, alors qu'il y a un réseau de
48 chambres, à travers le territoire. » Elles constituent « des espaces pour
rassembler les opérateurs et examiner le potentiel de chaque wilaya et porter
les préoccupations des opérateurs économiques des wilayas aux pouvoirs publics
», a indiqué la directrice générale de la CACI. Elle a, également, souligné que
« nous sommes cette force de proposition et nous essayons de jouer notre rôle
auprès des opérateurs économiques pour être leur porte-parole, auprès des
pouvoirs publics ». Cependant, elle regrette que « les Chambres de Commerce
aient été vidées de leur force de proposition, car les pouvoirs qui leur sont
conférés ne reflètent pas leur potentiel, et donc il faut revoir
impérativement, leurs statuts, qui ne sont pas fixés par une loi ». Ces statuts,
qui datent de 1996, sont « dépassés, et il faut les adapter au nouvel
environnement », explique-t-elle, avant de signaler que « nous sommes en 2017,
et il y a, réellement, nécessité de revoir le statut de ces chambres de
commerce, leur donner plus de visibilité et de force de propositions, leur
donner plus de pouvoir et une implication dans les organisations locales ». «
Le développement économique doit passer par le développement local, et donc
l'approche locale », estime-t-elle. En outre, la directrice générale de la CACI
revendique le renforcement « du pouvoir de ces Chambres de Commerce pour
relancer le développement local », car « il y a une adhésion des opérateurs
économiques pour qu'il y ait plus de participation dans le développement économique,
de concert avec les autorités locales ».

Par
ailleurs, elle a souligné qu'il y a des contacts permanents avec les
partenaires étrangers pour attirer leurs investissements en Algérie, et leur
donner de la confiance, et « nous travaillons également, avec les opérateurs
locaux pour qu'ils se frottent au marché international ». « Nous avons réalisé
pas mal d'activités, dans ce sens, avec comme objectif de montrer aux
opérateurs nationaux ce qui se passe à l'International et connaître ce marché
», explique-t-elle, avant de souligner qu' « en même temps, on veut drainer des
investisseurs étrangers en Algérie. » Elle a rappelé l'installation, en Algérie
d'investisseurs turcs, saoudiens, et « il y a des projets montés avec des
Italiens, en Algérie ».

Sur
les conseils d'affaires, Wahiba Bahloul
a indiqué qu' « à ce jour, nous en avons plus d'une trentaine mis en place avec
des opérateurs étrangers », et, « certains marchent très bien ». Selon elle,
beaucoup de problèmes commerciaux ont été réglés à l'intérieur de ces conseils
d'affaires. « La CACI essaie de mettre en valeur le potentiel économique de
chaque région, car il y a une synergie entre de réels managers, qui veulent
donner de leur temps et de leur argent pour le développement de l'Economie
nationale », a-t-elle souligné, avant de préconiser qu'il faut « repositionner
les Chambres de Commerce pour qu'elles prennent en charge le développement de
l'Economie locale ».

Commentaires



Autres articles

Tiaret : M. Bedoui assiste à l’enterrement des deux policiers victimes

Tiaret : M. Bedoui assiste à l’enterrement des deux policiers victimes

Le Directeur général de la Sûreté nationale, le Général major Abdelghani Hamel et le Directeur général de la Protection civile, le Colonel Mustapha...

Blida : Un trentenaire retrouvé pendu dans son domicile

Blida : Un trentenaire retrouvé pendu dans son domicile

Un homme âgé de 35 ans, commerçant de son état, a été retrouvé hier matin pendu avec un foulard dans son domicile familial situé à la rue des...

Le Qatar dit regretter que ses voisins refusent le dialogue
Litige frontalier sino-indien: La Chine compte rester dans une zone disputée près de l’Inde

Litige frontalier sino-indien: La Chine compte rester dans une zone disputée près de l’Inde

«Les troupes chinoises continueront à être stationnées et à patrouiller sur le plateau du Doklam. Elles y poursuivront l’affirmation de notre...