L'ÉcoNews
L'ÉcoNews
Lundi 30 octobre 19:24

Le rapatriement des crânes des chefs de la révolte des Zaâtcha

Le rapatriement des crânes des chefs de la révolte des Zaâtcha
Il s’agit des crânes, dont ceux des chefs de cette révolte en l’occurrence cheikh Bouziane, son fils Hassan et son conseillé militaire Moussa Eddarkaoui, dont la récupération « demeure une revendication instante qui ne peut point être tue », affirme, dans une déclaration à l’APS, Mohamed Saâdi, arrière-petit-fils de cheikh Bouziane qui habite aujourd’hui la même oasis, située dans la commune de Lichana (W. Biskra). Pour ce sexagénaire, les membres de sa famille « évoquent avec une profonde peine le souvenir de ces évènements et de la sauvagerie des envahisseurs venus d’outre-mer qui avaient parachevé leur victoire par un massacre collectif des habitants de l’oasis et la décapitation des chefs de cette révolte dont les crânes ont été envoyés à Paris dans le mépris le plus total des valeurs humaines que chante sans cesse la France ». Foulant humblement le champ de la bataille survenue en 1849, le descendent de Bouziane récitait le poème composée par sa grand-mère Hennia en hommage à l’héroïsme et aux sacrifices de ces aïeuls face à la barbarie de l’occupant étranger. De son côté, Noureddine Abdelbaki, membre de l’association locale Zaâtcha qui a vu le jour courant 2017, a souligné que l’objectif premier de l’association est d’œuvrer à mettre en valeur la révolte des Zaâtcha et à partager la revendication réclamée par la société civile locale de récupérer les crânes des héros de cette révolte.

Commentaires



Autres articles

Guitouni: la réussite des objectifs de développement durable tributaire de l’accès à l’énergie

Guitouni: la réussite des objectifs de développement durable tributaire de l’accès à l’énergie

Par ailleurs, M. Guitouni a salué la décision du Forum des pays exportateurs de gaz prise en octobre dernier, et qui est à l’origine de la création...

Réunion à Lyon : Hamel appelle à l’échange d’expériences
Pétrole : Le brent franchit la barre des 63 dollars
Des escrocs vendaient des locaux commerciaux à 500 millions de centimes

Des escrocs vendaient des locaux commerciaux à 500 millions de centimes

Un membre du groupe se faisait passer pour un membre du Sénat!