Le Courrier
Le Courrier
Dimanche 03 décembre 10:33

Musique : Le «Trio Hiwar» en concert à Alger ou la fusion des origines culturelles

Musique : Le «Trio Hiwar» en concert à Alger ou la fusion des origines culturelles
Le «Trio Hiwar», une formation de musiciens aux origines différentes, a animé jeudi soir, à Alger, un concert dans le registre ouvert de la World-Music, devant un public nombreux et recueilli, convié à un dialogue entre les cultures par la fusion intelligente des genres et des sonorités. Accueilli durant 90 mn à la salle de l’Institut français d’Alger, le spectacle a permis une randonnée onirique, invitant l’assistance à emprunter les sentiers d’un brassage musical à l’inspiration prolifique, rendu par trois tempéraments pétulants dans des échanges généreux aux variations modales et rythmiques qui ont réduit les distances et unifié des styles de musiques issus du Maghreb, de l’Orient et de l’Inde. Entouré de différents instruments de percussion dont le célesta (série de bâtonnets métalliques), le djembé (apparenté à une grande derbouka) et autres caisses de batterie, l’Algérien Salim Beltitane, à l’origine de cette «belle aventure» entretenue par le trio depuis 2015, a qualifié sa rencontre avec le Palestinien Issa Murad au «Oud» (luth) et l’Indien Rishab Prasanna à la flûte «Bansouri indienne» de «projet de partage», insistant sur le souci de «créer des passerelles entre les cultures». Interprétant une dizaine de pièces entre reprises et compositions oscillant entre rythmes nord-africains, maqâms et tradition des Ragas indiens, les instrumentistes ont brillé de technique et de virtuosité faisant montre d’un niveau de musicalité supérieur et d’un travail d’arrangement subtil qui a rendu possible la fusion des genres. La première pièce, «Opening the Stage», révélant l’identité du trio, a donné libre court à des improvisations qui ont «favorisé l’instant», où chaque musicien, s’est présenté à travers son instrument, dans une «narration» aux sonorités et aux lignes mélodiques renvoyant à ses origines, sur un thème récurrent, intelligemment conçu de manière à rendre la cohabitation musicale agréable à l’oreille. Le «Trio Hiwar», au jeu empreint de maîtrise et de professionnalisme, a ensuite enchaîné les pièces, «The Guitare of Wissem», «Solo Issa», «Afro Blue»-une reprise du Cubain Mongo Santamaria (1922-2003)-, «Zeina», «Kinara», «Rythmical peace», «Solo Rishab», «You Are Not Alone» et «Arabic Hindi»-mélange de rythmes avec une pièce du regretté célèbre Farid El Atrache (1910-1974), appréciées dans un silence religieux par un public conquis. Dans une ambiance de grands soirs, la surprise aura incontestablement été l’interprétation de la musique réarrangée de «Wahran, Wahran», une pièce du regretté maître de la chanson algérienne Ahmed Wahby (1921-1993), inscrite au patrimoine musical de l’ouest algérien, accueillie dans la délectation par le public qui a longtemps applaudi les artistes. Suggérant un fond musical planant, aux limites du genre psychédélique, les rythmes ternaires du 6/8 ou les mesures composées à dix et à sept temps et autres cadences irrégulières, ont servi de lit à des airs spécifiques aux différents terroirs, dans des conceptions ouvertes à toutes les combinaisons mélodiques permettant ainsi au «comma» (huitième de ton caractérisant la musique indienne) et au «quart» de ton, propre à la musique orientale, de se relayer harmonieusement.
à l’issue de la prestation, le public, savourant dans l’allégresse les moments de chaque titre interprété, a manifesté son enchantement aux artistes par une standing ovation qui les a rappelés à remonter sur scène et reprendre la pièce «Afro Blue». «C’est magnifique, le Trio Hiwar nous a offert un voyage à plusieurs
escales !», a déclaré une spectatrice, avant d’ajouter, «Ce trio est une bonne idée qui traverse le temps !». Salim Beltitane, vouant son art au service du «rapprochement entre les peuples», s’est dit «très heureux» de présenter son projet en Algérie, transmettant par les valeurs de l’»amour et du partage», l’»humanisme et l’universalité». Se produisant dans les Instituts français d’Algérie dans le cadre d’une tournée qui l’a déjà mené à Constantine et à Oran, le «Trio Hiwar» qui envisage d’enregistrer son premier album, est attendu samedi, à Tlemcen.

Commentaires



Autres articles

Les premiers bus « Hyundai County » livrés aux clients

Les premiers bus « Hyundai County » livrés aux clients

L’intervenant annonce également la mise en avant de bus Accent à Oran.

Les soldes d’hiver : du 18 janvier au 28 février

Les soldes d’hiver : du 18 janvier au 28 février

Les services de contrôle de la wilaya d’Alger estiment la valeur de la marchandise non facturée à plus de 1, 8 milliards de dinars. Durant le mois...

Béni-Haoua: Deux morts dans un accident de la route