Le Temps
Le Temps
Dimanche 25 janvier 12:57

Pourquoi sommes-nous compliqués ?

Pourquoi sommes-nous compliqués ?
Ce n’est pas une hérésie économique d’ y recourir à condition que cet argent serve les grands projets créateurs de richesse et non pas la consommation et le payement des salaires. Et rien ne garantit qu’on n’aille pas solliciter le Club de Paris et celui de Londres d’ici à 2020. Ce n’est pas une bonne solution mais ce n’est pas «haram» non plus.
Mais dans le discours officiel, cette «souveraineté» en bandoulière prend des accents patriotiques qui ne cadrent pas avec la logique économique. On peut citer aussi dans le registre des nouvelles «constantes nationales», le refus épidermique de revoir la règle d’investissement du 51-49 sanctifiée politiquement et sanctuarisée économiquement. Elle est sans doute celle qui fait le plus mal à l’investissement en Algérie. Comment donc convaincre un porteur de projet étranger d’injecter des millions de dollars et se retrouver avec un partenaire algérien détendant la majorité ? Il faut avoir le courage et le bon sens de reconnaitre qu’il s’agit là d’une aberration économique qui impacte terriblement l’essor de notre pays. C’est un peu comme professer du socialisme à la sauce soviétique à l’ère de la mondialisation.
Qu’ils ne viennent surtout pas nous dire que la règle 51-49 ne gêne pas les partenaires étrangers de l’Algérie ! Notre pays n’a jamais été et ne sera pas une terre d’accueil des investissements directs étrangers aussi longtemps que cette règle ornera, comme un vestige du néolithique économique, notre tableau de bord qu’on veut prétendument clinquant. Le comble est que nous sommes dans une situation financière très délicate qui ne nous offre pas trop de choix sur la conduite à tenir. Nous n’avons ni les moyens ni le droit de jouer au : “Aâttar Fentazi” (un mendient généreux). Soyons donc lucides , regardons nos réalités en face. La souveraineté économique et le «nif ou lakhssara», ne mènent à rien. Faut-il rappeler que nous avons déjà touché le fond en témoigne les chiffres d’Ouyahia. Et nous continuons à creuser… !

Commentaires



Autres articles

Pas de hausse chez Benghabrit

Pas de hausse chez Benghabrit

Dans une instruction envoyée hier à l’ensemble des responsables de points de vente et de distribution de livres scolaires, le ministère de...

BISKRA : L’armée saisit deux quintaux d’explosifs

BISKRA : L’armée saisit deux quintaux d’explosifs

Poursuivant sa lutte contre le terrorisme, l’ANP continue d’enregistrer des résultats conséquents contre ses résidus. Le renseignement qui joue un...

Expulsé de son logement : Un imam se réfugie dans la mosquée

Expulsé de son logement : Un imam se réfugie dans la mosquée

L’imam de la mosquée El-Fourkane de Boudoukha, une localité relevant de la commune d’Aïn-Kechra à 80 kilomètres à l’ouest du chef-lieu de la wilaya...

Bejaia : inhumation des ossements de 57 chahids à Zentout
Litige frontalier sino-indien: La Chine compte rester dans une zone disputée près de l’Inde

Litige frontalier sino-indien: La Chine compte rester dans une zone disputée près de l’Inde

«Les troupes chinoises continueront à être stationnées et à patrouiller sur le plateau du Doklam. Elles y poursuivront l’affirmation de notre...