Le Quotidien d'Oran
Le Quotidien d'Oran
Lundi 16 octobre 20:56

Quel rôle pour le Conseil supérieur de l'éducation nationale (1ère partie)

Quel rôle pour le Conseil supérieur de l'éducation nationale (1ère partie)
Après avoir traité de
l'opportunité, des missions et de la politique appelée à animer le Conseil
supérieur de l'éducation nationale s'il venait à être institutionnalisé, je ne
manquerais pas de traiter de son rôle, faute de quoi mon approche sera inachevée
et je me «crasherais».

Il s'agira pour cette
institution de réinventer l'école algérienne car l'heure est venue pour
celle-ci de finir avec l'âge ingrat. Cinquante ans c'est somme toute, un âge
suffisamment avancé pour qu'elle prétende à l'âge de raison et devienne une
«Ecole intelligente».

Réinventer l'école algérienne
c'est donc :

-promouvoir la valeur
éducative et culturelle de l'enseignement des sciences ;

-conforter la conscience
nationale dans sa dimension universelle ;

-réhabiliter le statut de
l'enseignement des langues étrangères et la motivation des gestionnaires de la
mission éducative ;

-former des citoyens capables
de raisonner logiquement et de juger avec méthode ;

-former une personnalité en
mesure d'accompagner son temps, d'où la réhabilitation de sa fonction sociale ;

-repenser l'homme ;

-mettre l'école au service de
l'épanouissement national ;

-réhabiliter l'Institut
national de recherche en éducation, (INRE), dans son rôle originel ;

-promouvoir l'éducation de la
culture universelle ;

Réinventer l'école, c'est
croire en la valeur éducative et culturelle de l'enseignement des sciences

Il est vrai que le savoir
directement utilisable reste le savoir scientifique. Non seulement ce savoir
est utile aux pratiques de la vie parce qu'il développe l'intelligence
spéculative, il affûte la raison en conduisant à la moralité, il initie la
personnalité à s'autodéterminer à travers la rigueur en tendant à l'efficacité,
à la minutie et à la précision dans toutes les missions auxquelles elle prendra
part.

La valeur éducative et
culturelle de l'enseignement des sciences est universelle parce que le déterminisme
est leur propre. Les vérités qu'elles énoncent ne risquent pas de s'accompagner
de probabilités, comme elles ne risquent pas d'être affectées d'incertitudes.
L'enseignement des sciences, bien réfléchi, bien pensé et bien accompli, permet
alors à celui qui le recevra de se forger cette dimension psycho-intellectuelle
sur laquelle s'édifieront son jugement méthodique et son raisonnement logique.
Dès lors, il apprendra à jouir d'une autonomie responsable et disposera des
capacités intellectuelles nécessaires à l'aboutissement de ses pouvoirs
d'abstraction et de conception. Dès lors, il réagira avec finesse, ardeur et
objectivité au difficile et à l'imprévu. Dès lors, il affermira le sens de la
communion entre l'effort individuel et l'effort collectif.

Au plan psychopédagogique,
l'enseignement des sciences doit cheminer le parcours naturel des progressions
de l'esprit. Le but attendu est d'aiguiser ses facultés de jugement et de
raisonnement. Il le mettra donc face à l'inconnu, tout en l'investissant de la
logique et du bon sens qui lui permettront d'opérer des réflexions, des
abstractions et des conceptions en vu de le
maîtriser. Il ne doit donc pas être fugace, superficiel, disparate. Il sera
sagace, tout en restant dans les limites des capacités d'analyse et de synthèse
de l'esprit auquel il s'adressera et tout en tonifiant l'évolution de son
équipement intellectuel de prospection et d'exploration.

Caution du programme «Ecole
intelligente», l'enseignement des sciences sera un enseignement formationnel (1) exponentiellement promoteur de cet esprit
qui :

- ne sera plus contrarié dans
ses entreprises par une intelligence dispersée et par une volonté étroite ;

- ne fera plus des courbettes
à la fatalité ;

- apprendra à mettre à profit
ses investigations et ses recherches en s'investissant dans cette mentalité
scientifique qui lui permettra d'élaborer l'interprétation de ce qu'il connaît
pour se rapprocher de plus en plus de ce qu'il ignore ;

- prendra conscience que son
autonomie intellectuelle ne trouvera une expression éloquente que s'il apprend
à dompter les mystères de la nature pour les domestiquer à des fins utiles et
que son aptitude à pénétrer à l'intérieur du savoir pour y organiser des
concepts n'atteindra son âge de raison que si elle prend de l'épaisseur au
profit d'un avenir commun aux hommes bien pensé et bien réfléchi ;

- saura organiser l'évolution
de sa démarche intellectuelle qu'elle soit spéculative2 ou conceptuelle, sans
pour autant se figer dans le déterminisme superficiel de l'évidence ;

- ne se limitera plus à se
mouvoir entre des concepts grossièrement formés ;

- ne se contentera plus de
prendre acte des informations qui lui seront dispensées, mais qui s'évertuera à
argumenter, à confirmer ou à infirmer les utilités pratiques qu'elles
sous-tendront ;

- éprouvera le besoin d'aller
à l'avant des impressions qui tendront à l'envahir ;

- ne soumettra plus la
résolution des situations-problèmes qui tenteront de l'assiéger à la discrétion
du hasard mais au crible de sa raison ;

- s'investira dans cette
intelligence fonctionnelle par souci de s'élever de l'expérience vers la
conception de la formule, du sensible vers la notion claire, de la notion
claire vers la notion distincte et de la notion distincte vers la notion
déterminée d'une part et d'autre part, pour pouvoir discerner entre le factice
et le réel, entre l'accessoire et l'essentiel, entre le probable et le sûr. En
somme, au moyen de cette intelligence fonctionnelle, il s'élèvera de
l'intuition vers la vérité scientifique et son interprétation ;

- apprendra non seulement à
devenir mais surtout à être, à penser par lui-même et à se passer de tuteur, à
conscientiser ce qui se passera autour de lui et à surmonter la contradiction
lors de sa rupture avec les schèmes habituels ;

- s'évertuera à comprendre le
pourquoi et le comment pour s'extraire de la confusion des idées, de l'impasse
de l'inexactitude et du cloaque de l'incohérence et se concilier avec
l'authentique ;

- s'astreindra à évaluer ses
acquis, à élargir ses limites et à agir en fonction de ce qu'il pourra être ;

- vectorialisera
ses efforts de prospection, d'exploration, de sélection, d'élaboration afin
qu'ils évoluent sans se contredire ;

- s'évitera de réduire ses
entreprises de recherche et d'investigation, sa pensée et son action à de
vulgaires agitations impulsives ;

- s'efforcera d'acquérir toute
la perfection dont il a besoin pour être apte à exercer pleinement son rôle
dans la cité ;

- apprendra à faire de la
recherche de la vérité scientifique la manifestation supérieure de son
intelligence. Ainsi, il légitimera sa signification existentielle et affermira
cette démarche intellectuelle qui l'aidera à régir les étapes de sa
perfectibilité dans la résolution des difficultés qui lui résisteront pour que
s'épanouisse son autonomie intellectuelle et s'accomplisse son pas libérateur;

- évaluera ses pensées et ses
actions les unes par rapport aux autres, au plan de leurs cohérences, de leurs
pertinences et de leurs faisabilités en vue de s'extraire de l'isolement et de
l'étroitesse que génèrent les pensées engagées au gré de l'intuition et les
actions entreprises au gré de l'humeur pour développer avec le progrès des
rapports de moins en moins timides, de moins en moins simplistes, de moins en
moins précaires. Son souci sera alors de ne plus se sentir décroché de la modernité;

- apprendra à sélectionner et
à hiérarchiser ses arguments pour mieux vivre son savoir en vue d'animer et
d'entretenir cet entrain qui l'incitera à rompre avec le carcan de
l'incertitude.

A suivre..

* Directeur de l'éducation - Auteur
de 12 livres, (histoire immédiate d'Algérie-Pédagogie)

Commentaires



Autres articles

Un MBA sur la transformation digitale pour la 1ère fois en Algérie

Un MBA sur la transformation digitale pour la 1ère fois en Algérie

Bonne nouvelle pour les pros du digital. Ils n’auront plus besoin de se rendre à l’étranger pour y obtenir un MBA. L’Institut supérieur d’assurance...

EN : Belfodil pour pallier à l’absence de Soudani

EN : Belfodil pour pallier à l’absence de Soudani

Et pour pallier à cette nouvelle absence dans les rangs de la sélection algérienne, Rabah Madjer a fait appel à Ishak Belfodil qui évolue...