Le Quotidien d'Oran
Le Quotidien d'Oran
Samedi 31 janvier 17:54

Rue Cavaignac (Oran) : Les habitants lancent un cri de détresse

Rue Cavaignac (Oran) : Les habitants lancent un cri de détresse
Le gaspillage devient un enjeu très important pour la sécurité alimentaire dans le monde. L’analyse des chiffres sur l’importante quantité de nourriture que nous gaspillons montre que c’est un problème qui concerne tout le monde. A Oran, le gaspillage est devenu un fléau qui entrave notre économie et notre vie sociale. Quelques exemples symboliques refléteront cette réalité. Le premier produit visiblement gaspillé dans notre pays est le pain, produit pourtant déclaré sacré. En ces premiers jours du mois de Ramadhan, le même scénario est au rendez-vous dans la plupart des foyers algériens. Les ménages dépensent en nourriture dans ce mois bien plus que dans d’autres mois de l’année et le gaspillage fait son effet. Tard le soir ou au petit matin, les poubelles sont remplies de restes des plats et en particulier le pain. Du pain, sous toutes ses formes (étoile, rond, baguette) et ses différents composants, fait partie du décor des poubelles depuis le début du mois sacré dans tous les quartiers de la ville d’Oran. Paradoxe, en ce mois d’abstinence, qu’il est difficile pour un musulman de justifier. L’islam réprouve le gaspillage, a fortiori au mois de Ramadhan, qui est un mois de spiritualité et de retour à des valeurs. Le Coran compare les gaspilleurs aux diables. En effet, la majorité des foyers à Oran cuisinent des quantités conséquentes de nourriture, surestimant souvent les capacités de l’estomac du jeûneur. Le mode de consommation frénétique et boulimique qui s’installe progressivement dans la société. La consommation alimentaire excessive des ménages engendre un phénomène nouveau, jamais connu par le passé : le gaspillage. Si durant toute l’année, ce fléau connaît une tendance moyenne, il prend, en revanche, des proportions alarmantes à l’approche et pendant le mois de Ramadhan. Et dans de nombreux cas, ce surplus de nourriture finit malheureusement aux ordures. La majorité des pères de famille font la queue, souvent longue, au niveau des boulangeries, et le lendemain, toute cette peine est perdue et le pain est jeté dans les poubelles. «Les ménages achètent toutes sortes de produits durant la journée qu’ils jettent après en avoir mangé une partie. Tels sont les Algériens, d’une part, ils se plaignent de la flambée des prix, et d’autre part, ils jettent toutes sortes de produits de consommation», dira un père de famille, et d’ajouter : « Les quantités de nourriture retrouvées dans les détritus et les sacs poubelles qui s’entassent dans les rues après le f’tour seraient très importantes, c’est vraiment désolant, surtout qu’il y a des gens qui galèrent pour offrir un bol de soupe à leurs enfants alors que d’autres ne trouvent même pas un bout de pain». Durant le mois de Ramadhan, le volume d’ordures augmente sensiblement et des piles de déchets s’entassent dans nos villes. Des milliers de sacs poubelles contenant des produits alimentaires sont souvent jetés pêle-mêle dans les rues, ruelles et même dans les cages d’escalier offrant une image sinistre de nos cités et quartiers. Ainsi, une partie de ce qu’achètent les Algériens durant la journée de Ramadhan est jetée après le jeûne. Pour faire face aux collines d’ordures qui se forment dans les quartiers d’Oran en quelques heures seulement, les éboueurs redoublent leurs activités de jour comme de nuit et ont du mal à faire face au volume impressionnant d’ordures ménagères jetées. Ainsi, dans le cadre d’une campagne de communication et de sensibilisation sur la rationalité et l’économie dans la consommation, le club des artisans boulangers de la wilaya d’Oran a organisé la semaine passée une conférence. A Oran, un million de baguettes de pain sont produites quotidiennement par les 520 boulangers répartis à travers la wilaya. Un chiffre qui démontre toute l’ampleur du gaspillage constaté chez les citoyens. A cet effet et à l’occasion du mois sacré de Ramadhan, le club lance un appel pressant aux citoyens afin de ne pas gaspiller le pain.

Commentaires



Autres articles

Le nombre d’usagers de Twitter stagne; l’action chute

Le nombre d’usagers de Twitter stagne; l’action chute

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice ressort à 8 cents par action. Le chiffre d’affaires a reculé de 4,7% à 573,9 millions de dollars, sa...

Seulement 1/3 des projets touristiques lancés
Mostaganem : 230 ruches d’abeilles détruites par les flammes à Mansourah

Mostaganem : 230 ruches d’abeilles détruites par les flammes à Mansourah

Un apiculteur de la commune de Mansourah, dans la daïra de Mesra, a été victime, lundi dernier, d’un important sinistre dans son champ...

5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés à Boumerdes

5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés à Boumerdes

“Dans le cadre de la lutte antiterroriste et grâce à l’exploitation efficace de renseignements, des détachements de l’ANP ont arrêté, le 29 octobre...

Relizane : Des habitants soucieux des fuites d’eau dans plusieurs cités de la ville

Relizane : Des habitants soucieux des fuites d’eau dans plusieurs cités de la ville

Irrités par les nombreuses déperditions d’eau potable à longueur de journée, les habitants de plusieurs cités et quartiers de la ville de Relizane...