Le Quotidien d'Oran
Le Quotidien d'Oran
Lundi 23 octobre 06:56

Tébessa: Oum Ali, entre histoire et isolement

Tébessa: Oum Ali, entre histoire et isolement
Il était une fois, depuis la
nuit des temps, une mère, la maman d'Ali, racontait-on. La femme défiait les
hommes de son village pour que quelqu'un d'entre eux prenne son courage et
aille passer une nuit entière, là-haut sur une colline qui, disait-on, était
hantée par des esprits malveillants (djinns). D'après les histoires rapportées,
personne n'osa s'aventurer sur le lieu maléfique. Alors, notre mère courage se
dirigea toute seule, par une nuit sans étoiles, et passa des heures à scruter
le ciel, sans peur et sans reproche. Depuis, et pour lui rendre hommage, les
habitants de la bourgade appelèrent leur localité Oum Ali. Aujourd'hui,
chef-lieu de la daïra éponyme, Oum Ali, une commune par la dizaine de ses
semblables, sises tout au long de la bande frontière, sa voisine Saf Saf Ouesra,
El Houijbet, El Meridj,
entre autres. Oum Ali est une commune semi-rurale à vocation agricole en
premier, même si quelques petites unités industrielles y sont localisées,
notamment pour ce qui est de la fabrication de matériaux de construction. Les
quelque 5.000 âmes vivaient des activités agricoles, céréales et oléicultures,
pratiquées sur une superficie irriguée de plus de 4.000 hectares. Les vergers
d'oliveraies ont progressé, une réussite pour certains agriculteurs, en dépit
des effets de l'isolement. Sa proximité des frontières aurait pu donner à Oum
Ali une autre posture, un atout dans les échanges économiques et commerciaux
avec nos voisins tunisiens. Or, Oum Ali ne dispose pas encore d'infrastructures
adéquates, transport en particulier. Résultat : les investisseurs et promoteurs
hésitent toujours, une région à explorer et défricher, l'exploitation de ses
ressources naturelles pourrait ouvrir une brèche dans le mur de l'isolement. La
commune continue de dépendre de Bir El Ater en matière de services. Oum Ali, fief des Ouled Sidi Abid et des Férachiche,
espère mieux, ses enfants longtemps happés par le phénomène de la contrebande,
faute de mieux, ses diplômés sont poussés vers d'autres cieux, le chômage
gangrène le tissu social, peu de projets fiables, peu de perspectives. Et pour
que les heures de la journée et des longues nuits s'égrènent vite, on se
raconte encore et encore l'épopée d'Oum Ali, la femme bien sûr !!!

Commentaires



Autres articles

Un salon du jouet et outils pédagogiques à Tlemcen

Un salon du jouet et outils pédagogiques à Tlemcen

Cette entreprise, domiciliée à Alger, compte ouvrir « prochainement » une antenne à Tlemcen pour renforcer celles déjà exploitées à Tizi Ouzou,...

Algérie : 5000 visiteurs attendus au prochain Med-IT

Algérie : 5000 visiteurs attendus au prochain Med-IT

Des ministères et institutions gouvernementales seront aussi présents à cet événement. Il s’agit, entre autres, du ministère de l’Intérieur et des...

Chlef : Trois morts dans un accident au niveau de la RN 19

Chlef : Trois morts dans un accident au niveau de la RN 19

Trois personnes ont trouvé la mort et cinq autres ont été blessées suite à un accident survenu, mardi à 15h au niveau de la route nationale (RN) 19...

Métro d'Alger: Plus de 120 millions de voyageurs transportés en six ans

Métro d'Alger: Plus de 120 millions de voyageurs transportés en six ans

  Faute de financement, plusieurs projets d'extension de tramway ont été gelés, dont ceux d'Oran et d'Alger, mais ceux de Sétif et Ouargla...