Le Quotidien d'Oran
Le Quotidien d'Oran
Jeudi 09 novembre 06:26

Tiaret: Les raisons d'un conflit ouvert à la SNVI de Aïn Bouchekif

Tiaret: Les raisons d'un conflit ouvert à la SNVI de Aïn Bouchekif
Toujours considéré comme le fleuron de l'industrie mécanique dans
la capitale des Hauts-Plateaux de l'Ouest, le complexe de carrosseries
industrielles, filiale de la SNVI, est engagé dans un conflit ouvert depuis
plusieurs mois, mettant en péril sa propre survie.

En effet, le départ «forcé» de l'ancien directeur général, suivi
d'un conflit latent entre les membres de la section syndicale, a eu pour
retombées directes de mettre le complexe et ses 7.000 travailleurs dans une
situation des plus délicates. Pourtant, cette unité
industrielle, la plus importante de toute la wilaya, avec la Société algérienne
de fabrication de véhicules Mercedes-Benz «SAFAV» sous tutelle du ministère de
la Défense nationale, a bien débuté l'année en cours avec une subvention de
plus d'un milliard de dinars au titre du plan d'investissement pour la période
2016-2018 et un plan de charge des plus conséquents, il était prévu que le
complexe livre à plusieurs clients publics et privés plus de 1300 véhicules à
la fin de l'année en cours, pour un chiffre d'affaires dépassant les 600
millions de dinars. Engagée dans une diversification de sa gamme de
produits, avec pour objectif premier l'exportation de certains de ses
véhicules, le complexe de carrosseries industrielles de Aïn Bouchekif s'est vite
retrouvé coincé dans une guéguerre ouverte entre les membres de la section
syndicale et la division en deux camps du collectif des travailleurs.

La médiation menée par l'Union territoriale de l'UGTA ne semble pas
avoir réussi à dénouer le conflit opposant les membres du syndicat, se
traduisant par une division dans les rangs des travailleurs.

Pour alerter sur les difficultés financières que connaît le
complexe, des travailleurs se sont déplacés en octobre dernier jusqu'au siège
de la direction générale à Rouiba, sans arriver à un
résultat. Entre-temps, les dettes s'accumulent jusqu'à 100 milliards de
centimes, avec des conséquences directes sur ses clients et fournisseurs. «La
situation ne cesse de péricliter», s'inquiète le collectif des travailleurs qui
réclame un audit et un plan de sauvetage urgent. Depuis le rachat par le groupe
SNVI des parts du partenaire français «BTK» en octobre 2013, l'unité de
carrosserie industrielle de Aïn Bouchekif
(CITIARET) avait pourtant réussi l'exploit de multiplier par trois son chiffre
d'affaires, en l'espace d'une année seulement. Construite par des Allemands
dans les années 80 sur une superficie de plus de 82 hectares, l'actuelle
entreprise publique économique (EPE) CITIARET «carrosserie industrielle de
Tiaret», l'une des plus grandes filiales du groupe SNVI, est aujourd'hui
menacée de disparition, alerte le collectif composé de 435 travailleurs dont 89
cadres et 310 agents d'exécution formés.

L'unité «Carrosserie industrielle de Tiaret» fabrique une gamme de
produits tractés comme les plateaux, bennes entrepreneurs et céréalières,
citernes à eau et hydrocarbures, porte engins, cocotte à ciment, citernes à
bitume, remorques porte-bouteilles à gaz et véhicules spéciaux. La société
maîtrise également le carrossage des véhicules moteurs (châssis cabines) dans
les mêmes gammes. Avec le ministère de la Défense nationale, Naftal, la Sonatrach et autres
particuliers comme principaux clients, l'unité SNVI de Tiaret a atteint un taux
d'intégration de 95% pour les matières sidérurgiques pour une part de marché de
50% pour le matériel tracté. Mais le climat social des plus délétère
régnant au sein de l'entreprise risque bien de tout remettre en cause. L'union
de wilaya de l'UGTA prévoit une mission de médiation de la «dernière chance»
dès dimanche prochain.

Commentaires



Autres articles

Blida : Un trentenaire retrouvé pendu dans son domicile

Blida : Un trentenaire retrouvé pendu dans son domicile

Un homme âgé de 35 ans, commerçant de son état, a été retrouvé hier matin pendu avec un foulard dans son domicile familial situé à la rue des...

Oran: Saisie de 500 quintaux de viandes impropres à la consommation

Oran: Saisie de 500 quintaux de viandes impropres à la consommation

Une vingtaine de bouchers contrevenants ont été verbalisés lors d’une opération coup-de-poing menée par les services de contrôle, a-t-il ajouté....

Leurs prix jouent au yo-yo ces derniers jours: La bourse du mouton

Leurs prix jouent au yo-yo ces derniers jours: La bourse du mouton

Et finalement, j’ai eu raison…», raconte-t-il avec fierté. Cependant, beaucoup ont fait comme Mourad, la frénésie du dernier jour a redonné des...

Le Qatar dit regretter que ses voisins refusent le dialogue
Mostaganem : 230 ruches d’abeilles détruites par les flammes à Mansourah

Mostaganem : 230 ruches d’abeilles détruites par les flammes à Mansourah

Un apiculteur de la commune de Mansourah, dans la daïra de Mesra, a été victime, lundi dernier, d’un important sinistre dans son champ...