Le Soir d'Algérie
Le Soir d'Algérie
Vendredi 30 janvier 19:55

TIPASA: Journée de sensibilisation sur le repos biologique à Cherchell

TIPASA: Journée de sensibilisation sur le repos biologique à Cherchell
Ce fut en présence du secrétaire général de la Wilaya de Tipasa, du directeur de la pêche, des officiers responsables des gardes-côtes, l’EGP, la Chambre de la pêche, l’Ecole de pêche EFTPA de cherchell et du CNRDPA que s’est déroulé un séminaire dédié au repos biologique des espèces marines et à la préservation des périodes du repos biologique.
Plusieurs conférences consacrées aux thèmes précitées ont eu lieu, sous les auspices de professeurs et de chercheurs à l’instar de M. Boukdjouta Rachid, représentant la Direction de la pêche, qui a animé un thème sensible portant sur les textes législatifs et légaux sur le repos biologique.
Quant à M. Filali Tahar, un chercheur au CNRDPA, qui a longuement développé le thème du repos biologique en mettant en évidence la surexploitation des ressources côtières, la raréfaction de la ressource et la baisse du rendement qui ont «une importance économique contribuant à la sécurité alimentaire, la lutte contre le chômage et la pauvreté», dira le conférencier en expliquant que «la période de repos biologique est une des solutions permettant d’offrir une stratégie de gestion et de préservation des ressources exploitables».
Le conférencier expliquera, en outre, ce qu’est le repos biologique qui, selon son exposé, consiste en «un arrêt de pêche, une période au cours de laquelle une partie ou toute l’activité de la pêche est arrêtée en vue d’assurer une maturité des différentes espèces de poisson, pour une meilleure reproduction».
L’orateur dira que «la période de repos biologique incite à l’interdiction de pêcher au-delà de trois milles marins durant la période du 1er mai au 31 août de chaque année, de jour comme de nuit».
L’autre conférencier, M. Ouahid Salah, directeur de l’école EFTPA, évoquera «le rôle de la formation dans le cadre de la culture de la préservation des ressources halieutiques».
Quant au professeur Maddi Karim, il citera, tour à tour, «l’incidence des aléas induits par des filets de pêche inadéquats, inappropriés ou défectueux, ainsi que les dégâts occasionnés à la faune marine».
Lors du débat qui s’est instauré, M. Mustapha Ralem, un cadre de la Direction de la pêche, s’est évertué à canaliser les différentes interventions, portant sur les durée de la période de pêche, de même que M. Yahiani, le directeur de la pêche, qui interviendra, pour sa part, pour vulgariser certains éléments techniques sur le repos biologique.
Houari Larbi

Commentaires



Autres articles

Seulement 1/3 des projets touristiques lancés
Rue Cavaignac (Oran) : Les habitants lancent un cri de détresse

Rue Cavaignac (Oran) : Les habitants lancent un cri de détresse

Le gaspillage devient un enjeu très important pour la sécurité alimentaire dans le monde. L’analyse des chiffres sur l’importante quantité de...

Oran : 5 ans de réclusion pour séquestration et abus sexuel sur mineure

Oran : 5 ans de réclusion pour séquestration et abus sexuel sur mineure

Il ajoutera qu’à aucun moment, il n’a abusé de la jeune fille. Le président de l’audience le confrontera alors à la plainte de la jeune fille et au...

Guelma: 42 victimes des incendies de forêt recensées

Guelma: 42 victimes des incendies de forêt recensées

Les services de la Conservation des forêts de la wilaya de Guelma, viennent d’annoncer le recensement de 42 victimes des incendies de forêt durant...